7 façons dont Ethereum est en train de changer suite à The Merge

Ethereum 2.0:  les nouveautés après The Merge expliquées en 7 points

La mise à jour d’Ethereum 2.0 a été activée avec succès ! Découvre ce qu’il y a de nouveau après The Merge en 7 points

The Merge a été un succès d’ingénierie informatique. La mise à jour a été activée le jeudi 15 septembre 2022 sans aucun souci. La blockchain d’Ethereum a commencé à valider les transactions par le biais de l’algorithme de consensus Proof-of-Stake à partir du bloc numéro 15537393. Comme c’est généralement le cas lors de grands événements, une fois l’euphorie générale passée, de nombreuses questions ont commencé à circuler sur les “suites”. Ethereum va-t-il devenir plus centralisé ? Qu’est-il arrivé au prix d’Ethereum ? Si tu veux en savoir plus, découvre les nouveautés pour Ethereum après The Merge, expliquées en 7 points !

1.   Pourquoi le prix d’Ethereum s’est-il effondré après The Merge ?

Le jour de l’activation de The Merge, le cours de l’ETH a baissé d’environ 10 points de pourcentage, dessinant une bougie rouge sur le graphique des prix. Mais pourquoi Ethereum s’est-il effondré après le succès de The Merge ? Deux raisons principales peuvent être identifiées, l’une étroitement liée à The Merge et l’autre inhérente à la situation macro-économique dans laquelle nous nous trouvons actuellement. En raison de cette dernière, nous assistons à la hausse des taux d’intérêt par la FED, la banque centrale des Etats-Unis, et à l’augmentation de l’offre sur les marchés. Cela se fait certainement au détriment des actifs considérés risqués comme les cryptomonnaies: le prix d’Ethererum a donc chuté de plus de 20% après The Merge.

La deuxième raison est précisément due à l’activation de The Merge. Les mineurs, ceux qui, dans la version précédente d’Ethereum Proof-of-Work, étaient chargés de valider les transactions, auraient vendu environ 20 000 ETH dans les heures qui ont suivi The Merge (selon les données d’OKlink). Cela a également contribué à faire baisser le prix d’Ethereum.

2.   L’Ethereum est-il plus centralisé après The Merge ?

Certaines personnes ont fait remarquer qu’après The Merge, Ethereum serait plus centralisé qu’avant. En effet, il y a actuellement moins de nœuds impliqués dans la validation des transactions sur la blockchain Proof-of-Stake que sur le réseau Proof-of-Work.

Dans une blockchain qui fonctionne via l’algorithme de consensus Proof-of-Stake, les transactions sont validées avec la fonctionnalité de staking. Les nœuds valideurs du réseau Ethereum, c’est-à-dire ceux qui possèdent au moins 32 ETH, sont chargés d’approuver toutes les transactions et sont récompensés par le réseau par des récompenses en Ether. La plupart de ces nœuds sont des organisations appelées staking pools qui mettent en commun l’Ether des utilisateurs qui veulent déléguer leur crypto pour participer au mécanisme de consensus.

Des critiques concernant la centralisation ont été émises, car ces pools de staking sont peu nombreux et détiennent de grandes quantités d’Ether au nom des utilisateurs. L’un des risques de cette situation pourrait être la centralisation des décisions et des processus dans le réseau d’Ethereum. Cette critique contraste toutefois avec l’idée que les fournisseurs de staking gagneraient de l’argent en fonction de la quantité d’Ether qu’ils possèdent et, par conséquent, du nombre d’utilisateurs qui choisissent de les utiliser. Selon cette hypothèse, ils n’auraient aucun intérêt à censurer les transactions et risqueraient ainsi de perdre des utilisateurs et des revenus. Quels seront les prochains développements ? D’autres pools de staking verront-ils le jour et contribueront-ils à décentraliser davantage le réseau d’Ethereum ?

Le deuxième point que les détracteurs d’Ether tentent d’exploiter est l’emplacement géographique des nœuds de validation. En réponse à cela, un rapport disponible sur le site officiel de Lido, l’un des pools de staking les plus utilisés, montre que les nœuds de validateurs de Lido sont bien répartis géographiquement. Aucun pays n’affiche un pourcentage supérieur à 15 % en termes de présence de validateurs sur son territoire. Et ce n’est pas tout : Lido est une organisation dont l’objectif est d’améliorer sa décentralisation et dont les protocoles de staking sont déjà réglementés par une DAO.

3.   Attention aux fake news suite à The Merge

Le jeudi 15 septembre 2022, certains grands journaux italiens ont rapporté la nouvelle selon laquelle le fondateur d’Ethereum, Vitalik Buterin, avait piraté le profil Twitter du ministère de la Transition écologique, dont le ministre est Roberto Cingolani. Évidemment, rien de tout cela ne s’est produit ; le nom de Vitalik Buterin qui apparaissait comme identifiant de profil a été inséré par un fraudeur. La communauté Web3 italienne a évidemment été très critique à l’égard des célèbres journaux qui ont tiré la sonnette d’alarme. Une série de memes très drôles est née, qui souligne la désinformation et la tendance à instrumentaliser l’information sans la vérifier.

4.   Comment la tokenomique d’Ethereum est-elle en train de changer après The Merge ?

L’une des 7 innovations après The Merge concerne la tokenomique d’Ethereum. Il s’agit du modèle qui décrit les caractéristiques économiques d’un token contenant toutes les informations relatives à l’émission et à la distribution d’un token sur la blockchain. Le passage de l’algorithme de consensus Proof-of-Work à l’algorithme Proof-of-Stake entraînera une baisse de l’émission d’ETH. Cela aura également une incidence sur l’inflation d’ETH qui, dans la période précédant The Merge, était d’environ 4 %. Immédiatement après The Merge, Ethereum a connu une tendance déflationniste. En d’autres termes, il y a eu plus d’Ether détruits que d’Ether émis.

La tokenomique d’Ethereum subira également des changements après la prochaine mise à jour prévue pour Ethereum, appelée Shanghai. Dans les mois qui suivent The Merge, jusqu’à l’activation de Shanghai, il n’est toujours pas possible pour les stakers de retirer leur ETH. Cette nouvelle mise à jour réglementera les retraits d’ETH du staking, ce qui affectera la quantité de tokens ETH en circulation.

5.   Est-ce que The Merge a transformé Ethereum en une blockchain à impact zéro sur l’environnement ?

L’équipe d’Ethereum l’espère bien. Selon la Fondation Ethereum, grâce à la modification de l’algorithme de consensus, le réseau a réduit sa consommation d’énergie de 99,5 %. Dans les blockchains Proof-of-Stake, les transactions sont validées grâce au staking et non grâce à la puissance de calcul fournie par les mineurs. On estime que grâce à The Merge, la consommation d’énergie mondiale a été réduite de 0,2 %. La mise à jour de The Merge pourrait donc changer le récit de l’ensemble de l’industrie en ce qui concerne les dommages climatiques potentiels.

6.   Les prochaines étapes après The Merge pour un réseau plus évolutif

Maintenant que The Merge a été activé, quelle est la prochaine étape pour Ethereum ? Vitalik Buterin en a parlé lors d’une conférence le 21 juillet 2021. L’objectif principal est l’évolutivité du réseau, et ce depuis 2017, lorsque l’utilisation du réseau a augmenté de manière exponentielle. Aujourd’hui, le réseau d’Ethereum est capable de traiter environ 20 transactions par seconde. À l’avenir, avec l’utilisation de certaines solutions d’évolutivité, il sera possible d’atteindre 100 000 transactions par seconde. La prochaine mise à niveau de The Merge sera The Surge. Deux phases coexisteront au sein de The Surge, la première sera appelée le proto-Danksharding et devrait avoir lieu d’ici un an. Grâce à cette mise à jour, qui servira à augmenter la quantité de données pouvant être stockées sur chaque bloc, il sera possible de rendre les transactions sur les Layer 2 d’Ethereum encore moins chères. La deuxième phase de The Surge sera appelée le Danksharding et visera à faire évoluer le réseau d’Ethereum également sur les Layer 2 grâce à l’utilisation de ce que l’on appelle des rollups. Ces derniers consistent à regrouper plusieurs transactions “off-chain” qui sont ensuite présentées à la blockchain d’Ethereum comme des transactions uniques.

7.   Que feront les mineurs d’Ethereum ?

Le dernier point d’actualité après la fusion concerne le sort des mineurs d’ETH. Ces derniers ont dû s’équiper pour trouver de nouvelles blockchains où ils pourraient déplacer toute leur puissance de calcul. En analysant la puissance de hachage (ou de calcul) de certaines blockchains alternatives à Ethereum, il est apparu clairement où se dirigeaient les mineurs laissés “au chômage”. Par exemple, la puissance de hachage d’Ethereum Classic a augmenté de 500 %, et celle de Ravencoin de 800 %. S’agit-il des cryptos préférées des mineurs ? Ceux qui ne sont pas passés à ces cryptos alternatives réfléchissent probablement à d’autres options, comme offrir leur puissance de calcul à des acteurs du cloud computing ou du traitement des données comme Amazon Web Service. Certains envisagent aussi de valider la version Proof-of-Stake du réseau en créant des nœuds. D’autres anciens mineurs d’Ethereum ont décidé de créer des hard forks pour poursuivre leurs activités. Il y a eu deux forks depuis The Merge : ETHW (Ethereum Proof-of-Work) et ETF (Ethereum Fair). Les deux hard forks n’ont pas été reconnus par Ethereum, et sont donc des projets sans rapport avec la blockchain créée par Vitalik Buterin. Un fait intéressant concernant le hard fork d’Ethereum Fair est qu’il a été distribué à ceux qui possédaient du Dogecoin, de l’Ethereum Classic et du Bitcoin, mais pas à ceux qui possédaient des ETH. Les deux blockchains issues des forks ont été soumises à une grande volatilité de prix dans les heures qui ont suivi The Merge.

Young Monday : Apple et les NFT, Christie’s, le play-to-earn sur Muhammad Ali

NFT et Apple, Christie's, play-to-earn sur Muhammad Ali

Apple autorise les achats d’NFT sur l’app store, la nouvelle marketplace NFT de Christie’s et le jeu de boxe “play-to-earn” inspiré de Muhammad Ali

Le premier Young Monday d’octobre nous réserve de bonnes nouvelles, notamment dans le monde des tokens non fongibles. Apple autorise l’achat de NFT via l’app store et Christie’s, la plus célèbre maison de vente aux enchères du monde, a lancé sa marketplace NFT. Le 1er octobre 2022, à l’occasion de l’anniversaire de l’historique combat Thrilla in Manilla, le lancement des NFT du play-to-earn sur le thème de la boxe, “Muhammad Ali – The Next Legends“, a eu lieu. Les news de cette semaine ne s’arrêtent pas là, Mastercard a annoncé qu’il sera possible de personnaliser les cartes de paiement avec leurs propres NFTs des collections “blue chip” : le Bored Apes Yacht Club, les Moonbirds et les CryptoPunks. En parlant des CryptoPunks, le 28 septembre 2022, le numéro 2924 des CryptoPunks a été vendu pour un montant record de 3 300 ETH, soit environ 4,5 millions de dollars ! Il s’agit de la quatrième plus grande vente de CryptoPunks jamais réalisée, quel record !

 

Les NFT seront bientôt disponible à l’achat sur l’Apple Store

Apple a récemment annoncé qu’elle autoriserait la vente et l’achat de NFT par l’intermédiaire de son app store. La société n’a pas encore expliqué exactement comment il sera possible d’acheter des tokens non fongibles directement dans l’app store. L’initiative d’Apple vise en particulier les apps et les jeux de l’app store qui ont l’intention de vendre des éléments de jeu sous la forme de NFT. Le débat entourant cette nouvelle s’est principalement concentré sur la commission qu’Apple prévoit de prélever à l’achat de chaque NFT. Elle devrait être de 30 %, soit le même pourcentage que celui qui est encore appliqué aujourd’hui pour les composants des jeux mobiles traditionnels qui peuvent être achetés sur l’app store. Apple a été critiquée sur les réseaux sociaux, notamment dans la cryptosphère de Twitter, pour avoir facturé des commissions aussi élevées sur la vente et l’achat de NFT. Mais il y a aussi eu des avis positifs, selon lesquels l’initiative du géant de Cupertino serait un élément important pour une adoption massive.

Christie’s 3.0: la maison de vente aux enchères la plus célèbre du monde fait un pas de plus vers le Web3

Christie’s, la maison de vente aux enchères la plus célèbre du monde, a récemment lancé sa marketplace NFT sur Ethereum : Christie’s 3.0. Parmi les œuvres qui sont passées par la maison de vente aux enchères londonienne figure l’œuvre la plus chère jamais vendue aux enchères, le tableau “Salvator Mundi” de Léonard de Vinci. Il a été acheté par le département de la culture et du tourisme d’Abu Dhabi pour 450 millions de dollars. L’aventure de Christie’s dans le monde du Web3 avait cependant déjà commencé il y a quelque temps, avec la vente aux enchères de l’œuvre d’art de l’artiste numérique Beeple, ” Everydays : The First 5,000 Days “, vendue pour 69,3 millions de dollars en mars 2021. La récente initiative Christie’s 3.0 représente toutefois une nouvelle avancée technologique pour la maison de vente aux enchères. Mais comment acheter des NFTs sur Christie’s 3.0 ? C’est une véritable place de marché NFT mais les ventes ne seront possibles que par le biais d’enchères. La plateforme est construite sur la blockchain d’Ethereum, et à ce jour, on ne sait pas encore si un marché secondaire sera disponible sur cette plateforme à l’avenir ou si ceux qui veulent vendre des œuvres d’art numériques achetées sur Christie’s 3.0 devront s’en remettre à des marketplaces NFT externes.

Christie’s 3.0 a été créé en collaboration avec deux sociétés bien connues sur le Web3. L’une d’entre elles est Manifold, une startup qui développe des smart contracts. L’autre est Chainalysis, une société Web3 qui produit des logiciels pour l’analyse des données sur les chaînes, avec un accent particulier sur la sécurité. Christie’s 3.0 a fait ses débuts le 28 septembre 2022 avec la collection PHASES, un ensemble d’œuvres photo et vidéo de l’artiste numérique new-yorkaise Diana Sinclair, classée par Forbes parmi les 50 personnes les plus influentes du monde des NFT. Les enchères pour les œuvres d’art PHASES seront disponibles jusqu’au 11 octobre 2022, et le prix de départ des œuvres est de 4 ETH (environ 5 300 $) pour les œuvres d’art numériques statiques, et de 5 ETH (environ 6 660 $) pour les vidéos NFT.

 

Muhammad Ali – The Next Legends, le play-to-earn sur la boxe

Le 1er octobre 2022 a vu le lancement du Muhammad Ali – The Next Legends Pro Pack. Les premiers NFT du jeu basé sur la blockchain et créé en l’honneur de Muhammad Ali ont été lancés. Ils coûtent 0,11 ETH, soit environ 150 $, et sont maintenant disponibles à l’achat sur OpenSea pour un prix minimum de 0,1 ETH. Le 1er octobre n’est pas un jour ordinaire dans le monde de la boxe. En effet, ce jour-là, en 1975, a lieu le combat surnommé “Thrilla in Manila. C’était le troisième et dernier combat entre Muhammad Ali et Joe Fraizer, qui s’est déroulé à Quezon City dans la zone métropolitaine de Manille (capitale des Philippines) et est considéré comme l’un des combats les plus importants de l’histoire de la boxe.

Le prochain play-to-earn, Muhammad Ali – The Next Legends, utilise les technologies NFT et d’intelligence artificielle. Le jeu est produit par la start-up Non-Fungible Labs en collaboration avec la société leader en intelligence artificielle pour le Web3, Altered State Machine. Pour jouer à The Next Legends, on doit associer deux NFT : un ASM Brain, le “cerveau du boxeur”, qui est un NFT doté d’une intelligence artificielle lui permettant d’évoluer, et un NFT de boxeur. Ensuite, grâce aux “Artificial Intelligence Gyms“, les utilisateurs pourront entraîner leur “brain” en acquérant les techniques de boxe nécessaires pour vaincre leurs adversaires. Les compétences acquises seront l’agilité, l’endurance, la posture, le sparring, les jabs, les crochets et les uppercuts. Le but du jeu est d’entraîner son boxeur et de gagner des combats contre d’autres joueurs pour devenir la prochaine légende !

Algorand et Chiliz grandissent grâce au crypto-football

La sortie des NFT d’Algorand et Fifa, des nouvelles fonctionnalités sur Chiliz

Algorand et la FIFA ont mené à bien le Genesis Drop de la première collection FIFA + Collect et la Chaîne Chiliz 2.0 est à venir d’ici 2023

Des nouvelles intéressantes proviennent du monde du crypto-football. Les premiers NFT d’Algorand et de la FIFA sont sortis. Chiliz, la crypto de la plateforme Socios, réserve des nouvelles importantes pour la sortie de son Mainnet.

Deux mois exactement avant le début de la Coupe du Monde 2022, la FIFA et Algorand ont publié leurs premiers NFT sur la plateforme FIFA + Collect. Le premier drop de NFT de la collaboration s’appelle Genesis Drop, et est disponible à la vente depuis le 22 septembre 2022.  Le prix de Chiliz a connu une augmentation de plus de 40 % depuis le début du mois de septembre, et la chaîne 2.0 du Chiliz devrait arriver d’ici la fin 2022. Découvre les NFT d’Algorand et de la FIFA ainsi que les nouveautés de l’écosystème Chiliz !

Tout sur le Collect Genesis Drop de FIFA+ en collaboration avec Algorand.

Algorand et la FIFA collaborent depuis mai 2022, lorsque la blockchain écolo est devenue un sponsor officiel de la Fédération Internationale de Football Association. La première création née de cette collaboration est la collection de NFT Genesis Drop qui a été lancée le 22 septembre 2022 sur la plateforme FIFA+ Collect. Collect est la section de l’application web FIFA+ consacrée aux initiatives Web3. La collection se compose de 532 980 packages” contenant chacun trois NFT vidéos des moments forts de l‘histoire de la Coupe du monde masculine et féminine. Par moments forts (ou highlights), on entend les meilleures actions des matchs, comme les arrêts acrobatiques, les passes décisives lumineuses et les buts incroyables. L’idée n’est pas sans rappeler celle développée par NBA Top Shot, une initiative de Dapper Labs dédiée au monde du basket américain. Sur la plateforme FIFA+ Collect, il est déjà possible de prévisualiser les NFT que l’on peut trouver dans chaque package. Les NFT FIFA+ Collect, comme la plupart des NFT en circulation, sont divisés en fonction de leur rareté. Le premier drop de la plateforme contient 18 highlights communs, 13 rares, 5 épiques et 2 iconiques.

Les NFT emblématiques de la première collection sont le but de Ronaldo (O Fenômeno)  lors des finales de la Coupe du monde 2002 en Corée du Sud et au Japon et le but de la footballeuse américaine Carli LLoyd depuis le milieu du terrain lors de la finale de la Coupe du monde féminine de la FIFA 2015 au Canada. Les packs de NFT, semblables aux packs d’autocollants classiques, coûtent 4,99 dollars chacun et peuvent être achetés soit en dollars, par carte de crédit ou de débit, soit avec le stablecoin USDC dans la version trouvée sur la blockchain d’Algorand. Pour effectuer le paiement en crypto, il faut disposer d’un portefeuille compatible avec le réseau Algorand et d’au moins 0,001 ALGO pour payer les frais. Quel effet les NFT d’Algorand et de la FIFA ont-ils eu sur le prix d’ALGO ?

Algorand et Chiliz : deux cryptomonnaies bear-market proof ?

Algorand et sa crypto ALGO semblent n’être que partiellement touchés par le marché baissier actuel. En effet, la crypto a augmenté de plus de 30 % par rapport au dollar et au Bitcoin depuis le début du mois de septembre 2022. Le nombre de portefeuilles qui détiennent plus d’un pour cent de la disponibilité totale de la crypto ALGO est également en forte croissance. Selon une analyse on-chain réalisée par The Block, le total détenu par les “baleines” a augmenté de plus de 280 millions de dollars depuis août 2022. Qui sait si ce mouvement haussier ne s’est pas produit grâce à l’annonce d’Algorand et de la collection NFT de la FIFA ?

La blockchain Chiliz et sa crypto CHZ s’élèvent également au-dessus des autres. Chiliz et Socios.com, la plateforme populaire construite sur sa blockchain, dominent depuis longtemps le marché des fan tokens. Ils permettent aux supporters de participer étroitement aux décisions concernant leur équipe favorite. Les fan tokens donnent également à leurs propriétaires l’accès à des expériences exclusives telles que des billets VIP pour les matchs et des visites guidées des musées ou des stades des équipes. La crypto de Chiliz a connu une croissance très similaire à celle d’Algorand au cours de la dernière période.

Le prix de Chiliz a en effet augmenté de plus de 40% depuis le début du mois de septembre 2022. L’augmentation du prix de Chiliz pourrait être liée à plusieurs facteurs, certains concernant le monde du crypto-football, d’autres liés à l’innovation technologique de la blockchain en elle-même. La première nouvelle importante concerne l’acquisition par Chiliz de 24,5% de Barça Studios, la branche communication et divertissement du FC Barcelone, le lundi 1er août 2022. L’acquisition, qui a coûté environ 100 millions de dollars à la société blockchain, vise à créer du contenu Web3 pour toucher de plus en plus de fans dans le monde entier en garantissant une interaction avec leurs équipes favorites par de nouveaux moyens. En outre, Chiliz a récemment renouvelé son partenariat avec l’Union des associations européennes de football (UEFA). Le partenariat, qui a débuté en 2021, se poursuivra pendant la saison de football 2022/23 et nous permettra de voir le logo Socios associé à tous les événements de l’UEFA, par exemple lors des matchs de l’UEFA Champions League.

En ce qui concerne l’innovation technologique de la blockchain Chiliz, le lancement de Scoville, le testnet public de Chiliz 2.0, a été annoncé le 31 mars 2021. Aujourd’hui, la blockchain principale de Chiliz est encore dans la première phase de développement. Le mainnet, qui devrait être activé d’ici le début de l’année 2023, sera nommé, comme il est de tradition pour la société de blockchain, d’après une espèce de piment : Habanero. Chiliz Chain 2.0 (CC2) sera une blockchain de layer 1 créée spécifiquement pour les secteurs du sport et du divertissement. La chaîne Chiliz 2.0 permettra de construire des applications décentralisées qui pourront utiliser à 100 % les jetons des supporters. Suite à cette mise à jour, le jeton CHZ va également élargir ses cas d’utilisation. Il ne sera pas seulement utilisé pour acheter des fan tokens sur la plateforme Socios, mais deviendra l’actif natif de la blockchain CC2 et ne sera pas disponible pour traiter toutes les transactions ayant lieu sur le réseau.

NFT : La collection David Bowie bientôt disponible sur OpenSea

NFT : la collection dédiée à David Bowie sur OpenSea

L’icône de la pop est célébrée par une collection de NFT : découvre l’hommage de neuf artistes Web3 à David Bowie !

David Bowie, l’artiste intemporel qui a contribué à définir le genre pop dans les années 1980, débarque sur OpenSea avec la collection “Bowie on the Blockchain“.

Le projet prévoit le lancement d’une série de NFTs entièrement dédiée au White Duke. Les NFT, ou non-fungible token, sont des produits numériques dont l’unicité et la valeur sont garanties grâce à la blockchain. La tendance NFT, qui a pris son essor en 2021, implique souvent des artistes traditionnels tels que des chanteurs, des performeurs et des peintres, ouvrant ainsi la porte à de nouveaux horizons de l’art numérique.

Continue à lire cet article pour découvrir les détails de la nouvelle collection de NFT dédiée à David Bowie !

Bowie sur la blockchain : les détails de la collection

Le projet “Bowie on the Blockchain” a été conçu par le David Bowie Estate, une association qui gère le patrimoine artistique hérité par le White Duke. L’initiative a vu le jour grâce à une collaboration avec OpenSea, l’une des plus importantes marketplaces sur lesquelles on peut acheter des NFT, avec le projet We Love the Arts, fondé par Andrew Keller, artiste manager et fondateur de la société We Few Group opérant dans le secteur du conseil en art, et le réalisateur Joaquin Acrich. We Love the Arts est entièrement consacré aux œuvres numériques du Web3.

Les recettes de l’initiative seront reversées à la veuve de Bowie, Iman Abdulmajid, et à son association CARE, une organisation humanitaire qui lutte contre la pauvreté et les inégalités entre les sexes dans le monde entier depuis près de 80 ans.

Les NFT ont été développés sur la blockchain Ethereum et seront disponibles à l’achat sur la marketplace d’Opensea. Le lancement de la collection, initialement prévu le 13 septembre, a été reporté à une date ultérieure en raison du décès soudain de la reine Elizabeth II. Cette décision a été critiquée par de nombreux fans de David Bowie : en 2003, l’artiste a refusé le titre de chevalier de l’ordre de l’Empire britannique offert par le palais de Buckingham.

Le projet de NFT dédié à David Bowie a impliqué de nombreux artistes déjà établis dans le monde de l’art crypto. La particularité de l’initiative est l’hétérogénéité des œuvres numériques, créées par des artistes aux styles très différents. Les artistes NFT qui ont contribué au projet sont, concrètement, au nombre de neuf : FEWOCiOUS, Defaced, Glam Beckett, JAKE, Jonathan Wolfe, Lirona, Nadya Tolokonnikova de PussyRiot, Osinachi et Young & Sick.

Certains de ces noms représentent les personnalités les plus importantes liées au secteur NFT. FEWOCiOUS, à seulement 19 ans, a réussi à gagner près de 18 millions de dollars avec ses œuvres numériques. Ayant grandi dans un environnement familial hostile, il a pu exprimer ses émotions et communiquer avec les autres grâce aux NFT. L’artiste lui-même s’est décrit comme un grand fan de David Bowie.

Osinachi est, en revanche, un artiste qui a grandi dans un pays qui s’intéresse beaucoup aux NFT :  le Nigeria. Il se distingue par ses œuvres aux couleurs vives, semblables à des collages.

Sur Twitter, certains artistes ont décidé de partager de petits détails sur les NFT qu’ils ont développés. Pour l’instant, il n’est toutefois pas possible de visualiser l’intégralité des œuvres disponibles à l’achat sur OpenSea. Nous devrons nous contenter des aperçus divulgués par les artistes et attendre le lancement officiel de la collection.

L’un des premiers pionniers du Web ? L’intérêt de David Bowie pour la technologie

La décision de créer une collection de NFT en l’honneur de David Bowie repose avant tout sur l’intérêt de l’artiste pour le monde de la technologie et du web. Dans les années 1990, alors qu’Internet commençait à faire son chemin dans la vie quotidienne, le chanteur a non seulement lancé son site web officiel, mais aussi son propre fournisseur d’accès à Internet. Grâce à ce service, Bowie a donné à ses fans la possibilité de surfer sur le net en sécurité rapidement et d’accéder à des contenus exclusifs sur sa vie privée.

Bill Zysblat, l’ancien manager de l’artiste, a commenté l’initiative dans une interview accordée à Billboard : “David Bowie aurait certainement été l’un des premiers artistes à exploiter le potentiel du Web3”.

Bien que l’initiative vise exclusivement à collecter des fonds pour des œuvres caritatives, la nouvelle du lancement de la nouvelle collection de NFT a fait tourner bien des têtes au sein de la fanbase de David Bowie.

L’annonce du projet a été fortement critiquée par certains utilisateurs sur Twitter. Duncan Jones, fils de David Bowie, a commenté négativement l’initiative, critiquant l’utilisation de NFT comme outil de collecte de fonds.

De plus en plus d’artistes impliqués dans le monde des NFT

La collection de NFT sur David Bowie n’est certainement pas la première initiative crypto lancée par des personnalités du monde de la musique ou en l’honneur de grandes personnalités aujourd’hui décédées. Les tokens non fongibles ne sont pas exclusivement des dessins ou des œuvres graphiques, mais peuvent aussi être des chansons entières.

En mai 2022, Snoop Dogg, rappeur américain et principal représentant du genre g-funk, et Steve Aoki, DJ américain, ont lancé un album disponible sous forme de NFT. Les morceaux ne peuvent être écoutés que par les détenteurs du token Snoop Stashbox ou du Aokiverse Passport NFT, des tokens créés par les artistes pour célébrer les événements précédents.

Même Madonna, “la reine de la pop”, a décidé en mai 2022 de lancer sa propre collection NFT composée de trois pièces d’art numérique.

Le projet, intitulé “Mother of Creation” et disponible à l’achat sur SuperRare, a été créé avec la coopération de Beeple, un artiste NFT bien connu. Comme pour la collection de David Bowie, le produit de la vente des œuvres a été reversé à trois organisations caritatives : la Fondation Voices of Children, The City of Joy et Black Mama’s Bail Out.

Avec “Space Oddity” dans nos écouteurs, nous ne pouvons qu’attendre l’arrivée de David Bowie sur la blockchain.

Apecoin, la crypto du Bored Ape Yacht Club, propose une plateforme de staking

Apecoin : le staking pour la crypto de Bored Ape Yacht Club arrive

À partir du 31 octobre, il sera possible de faire du staking avec Apecoin, la crypto de Bored Apes Yacht Club, grâce à un partenariat avec Horizen Labs !

Apecoin, la crypto de Bored Ape Yacht Club, continue d’évoluer et de développer ses cas d’utilisation. En août 2022, la marque de mode Gucci a commencé à accepter le token des singes NFT les plus célèbres du Web3, contribuant ainsi à renforcer leur réputation. Le 22 septembre 2022, la société blockchain Horizen Labs, qui avait déjà participé au développement du token Apecoin, a annoncé une date (encore provisoire) pour la sortie de la plateforme de staking APE. Nous verrons si l’équipe d’Horizen Labs sera en mesure de respecter la feuille de route d’ici le 31 octobre. S’agira-t-il d’une farce digne d’Halloween ou d’une bonne nouvelle pour le monde du Web3 ?

Bored Ape Yacht Club et Horizen Lab

La plateforme de staking pour le token Apecoin s’appellera ApeStake et sera entièrement développée par Horizen Labs. Mais allons-y dans l’ordre, qu’est-ce qu’Apecoin (APE) ?  C’est la crypto officielle du Bored Ape Yacht Club, la collection NFT PFP la plus populaire de tous les temps ! C’est un token de gouvernance, c’est-à-dire qu’il est utilisé par ses détenteurs pour prendre position sur les décisions qui affectent l’avenir de l’écosystème de BAYC. APE est construit sur la blockchain d’Ethereum et a été distribué aux détenteurs de NFT de Yuga Labs en mars 2022. En plus d’être un token de gouvernance, Apecoin est également un utility token, et est utilisé pour acheter tous les produits et services développés par Yuga Labs. Cette dernière, qui est une startup née en même temps que la toute première collection de NFT, a évolué très rapidement. Elle s’occupe désormais de trois collections différentes (BYAC, MAYC et Bored Ape Kennel Club) et d’un metaverse, Otherside, ainsi que les “LANDS” respectifs qui le composent.

Horizen Labs, quant à lui, est une infrastructure blockchain axée sur la confidentialité et l’évolutivité. La plateforme d’Horizen Labs permet aux entreprises et aux développeurs de créer des applications décentralisées sur son réseau. Horizen Labs offre également la possibilité d’utiliser des protocoles zero knowledge pour assurer des transactions rapides, sécurisées et bon marché avec les sidechains. L’écosystème Horizen et sa cryptomonnaie ZEN ont été lancés en mai 2017 sous le nom de ZenCash. En 2018, ZenCash a été victime d’une attaque de hackers, ce qui a obligé l’équipe à relancer le projet sous le nouveau nom d’Horizen. La plateforme Horizen Labs a été choisie par la DAO (Organisation autonome décentralisée) de Bored Ape Yacht Club à travers un vote. Le poids des votants, comme c’est généralement le cas dans les initiatives de vote d’une DAO, était déterminé par la quantité d’Apecoin que chacun d’entre eux possédait.

Comment fonctionnera le staking d’Apecoins et de NFT avec Yuga Labs ?

Grâce à quelques aperçus publiés par Horizen Labs, il est déjà possible d’imaginer le fonctionnement d’ApeStake. L’utilisateur pourra choisir entre quatre pools différents dans lesquels il/elle pourra déposer ses APE et bloquer les NFT de l’écosystème BAYC en sa possession.

Ce faisant, il obtiendra des récompenses en mettant ses tokens en staking. Chaque pool et chaque combinaison de montants d’Apecoin et de NFT apporte des récompenses et des avantages spécifiques. Examinons les quatre pools de staking d’ApeStake :

  1. Apecoin Pool – Dans le premier pool de staking, les utilisateurs pourront faire du staking avec leurs tokens APE, sans nécessairement posséder un NFT de la collection de Yuga Labs. L’allocation totale du pool est de 30 millions d’APE, à répartir entre tous ceux qui utiliseront le staking au prorata du montant bloqué disponible pour ce pool.
  1. Bored Ape Pool – Le pool dédié aux détenteurs de Bored Ape est celui qui offre le plus de récompenses. Le Bored Ape Pool met à la disposition des utilisateurs 47 millions d’Apecoins. Ils seront répartis entre ceux qui bloquent un maximum de 10 094 tokens APE au cours de la première année pour chaque BAYC possédé ;
  1. Mutant Pool – Le Mutant Pool permettra aux utilisateurs de bloquer environ 2 000 APE et leur propre MAYC pour se partager la récompense de 19 millions d’APE au cours de la première année ;
  1. Paired Pool – Dans le paired pool, on peut participer en associant deux NFT créés par Yuga Labs selon des combinaisons définies. Par exemple, un BAKC (la collection de toutous des singes ennuyeux) doit être jumelé à un singe, tu ne pourras donc pas placer tes APE dans le pool en bloquant deux toutous. Les récompenses qu’il contient seront d‘environ 4 millions d’APE.

Les autres caractéristiques de la plateforme développée par Horizen Labs n’ont pas encore été annoncées. Dans l’aperçu vidéo, on peut voir la section “Market Tools”, dont le fonctionnement est encore secret.

Au travail pour une CBDC européenne, la BCE implique également Amazon

Digital Euro : la BCE travaille avec Amazon pour réaliser une CBDC

L’euro digital est-il en route ? La BCE collabore avec cinq sociétés technologiques pour étudier une éventuelle CBDC

Dans un communiqué daté du 16 septembre 2022, la Banque centrale européenne a annoncé sa collaboration avec cinq entreprises technologiques pour tester et développer une éventuelle Central Bank Digital Currency. Les CBDC sont des monnaies numériques qui diffèrent des cryptomonnaies vu qu’elles sont émises par des banques centrales et ne sont donc pas décentralisées comme le Bitcoin. Pour la BCE, le principal avantage de l’euro numérique serait sa facilité et son accessibilité, puisqu’il suffirait d’une simple connexion Internet pour utiliser les services bancaires liés à cette CBDC. En 2021, l’Union européenne a encouragé une phase d’enquête pour le développement d’une CBDC, phase qui devait durer deux ans. À la mi-2023, la BCE rendra son verdict : l’euro numérique, oui ou non ?

Des entreprises sélectionnées pour développer des prototypes et des cas d’utilisation pour une CBDC

Avant de prendre une décision sur l’euro numérique, la BCE a fait appel à cinq entreprises pour développer des prototypes et des cas d’utilisation dans lesquels une CBDC pourrait servir. Pour choisir ces entreprises, un appel à candidature a été lancé en avril 2022 auquel 54 entreprises intéressées par le travail sur l’euro numérique ont répondu. Le 16 septembre, les entreprises sélectionnées ont été annoncées, chacune avec un domaine de pertinence :

  1. CaixaBank : paiements en ligne de type peer-to-peer ;
  2. Worldline : paiements hors ligne de type peer-to-peer ;
  3. EPI : paiements au point de vente organisés par le payeur ;
  4. Nexi : paiements au point de vente organisés par le bénéficiaire ;
  5. Amazon : paiements pour le commerce électronique.

La BCE travaille donc avec Amazon et Cie. pour développer sa CBDC. C’est l’heure de l’opération prototype ! Ces entreprises technologiques sont appelées à développer des interfaces de services frontaux pour l’euro numérique. L’objectif est de tester les transactions avec l’euro numérique, les systèmes de paiement peer-to-peer, dans le domaine du commerce électronique mais aussi au point de vente. Les travaux sur les prototypes dureront jusqu’au premier trimestre de 2023 et seront ensuite présentés dans un rapport.

Pourquoi la BCE s’intéresse-t-elle à l’euro numérique ?

Pour la BCE, l’euro numérique pourrait être un complément fonctionnel à l’argent liquide. Dans quel sens ? L’euro numérique n’est pas envisagé comme un remplacement de l’euro tel que nous le connaissons et l’utilisons, mais comme un choix supplémentaire disponible pour les paiements : “il pourrait favoriser l’innovation financière et améliorer l’efficacité globale du système de paiement”. La CBDC serait une monnaie électronique émise par la BCE et les banques centrales nationales, accessible à tous les citoyens et entreprises. Selon la BCE, l’euro numérique ne peut réussir que s’il est utilisé par les citoyens européens dans leur vie quotidienne, il doit donc apporter une valeur ajoutée et être réellement utile. Les tests en cours vérifient précisément ces aspects. La BCE continue de tâter le terrain tandis que la Maison Blanche semble plus déterminée à lancer son dollar numérique !

LUNA 2.0 : l’airdrop arrive sur Young Platform

Luna 2.0 : la cryptomonnaie arrive sur Young Platform avec un airdrop et un listing

Découvre tous les détails de l’airdrop de LUNA 2.0 sur Young Platform : la date du listing, la quantité de tokens et si tu en recevras.

Avant d’entrer dans les détails de l’événement, reprenons là où nous en étions restés sur l’affaire Terra (LUNA).

Pour tous ceux qui étaient dans une grotte ces quatres derniers mois ; en mai de cette année, le stablecoin algorithmique UST et sa société sœur LUNA se sont effondrés avec tout l’écosystème DeFi qu’ils détenaient, y compris le fondateur Do Kwon.

Même les meilleurs traders et institutions avaient cru en cet ambitieux projet, et ont subi des pertes énormes en conséquence. À la suite de cet événement, tu te souviendras peut-être que nous avons également dû délister en urgence le token qui est maintenant devenu LUNC.

En réaction à cette crise, un fork a été annoncé, rendant obsolète l’ancienne blockchain de Terra, et donc les anciens tokens et coins. Ces derniers ont pris le nom de “Classic“, tandis que les nouvelles chaînes et cryptos ont hérité des noms originaux “Terra”, “LUNA” et “UST”. Ces derniers sont également appelés “Terra V2” ou “LUNA 2.0” pour éviter toute confusion.

Comme c’est souvent le cas avec les forks, il a également été question d’un airdrop des nouveaux LUNA, et c’est là que nous nous sommes arrêtés.

Nous révélons enfin comment l’airdrop de la crypto LUNA 2.0 fonctionne sur Young Platform.

Qui va recevoir l’airdrop de LUNA sur Young Platform ?

Le mot clé que tu dois connaître pour profiter de l’airdrop ? “Snapshot”.

Un snapshot est le terme couramment utilisé pour désigner l’instant précis où un “instantané” de l’état de l’ensemble de la blockchain en question est “pris” et considéré comme valable pour décider qui a droit à l’airdrop ou non.

Deux snapshots ont été pris pour la crypto LUNA 2.0 :

  • 7 mai à 14:59 UTC ;
  • 26 mai à 16:38 UTC.

Si tu avais du LUNA sur Young Platform à ce moment-là, tu as le droit de recevoir la V2.

Combien de LUNA 2.0 puis-je recevoir ?

  • Si tu possédais des LUNA sur Young Platform pendant le snapshot du 7 mai, tu recevras 1,034735071 LUNA2 pour chaque LUNA que tu avais

L’airdrop se fera alors dans un rapport de 1 : 1.034735071

  • Si tu possédais des LUNA sur Young Platform pendant le snapshot du 26 mai, tu recevras 0,000015307927 LUNA2 pour chaque LUNA que tu avais

L’airdrop se fera alors dans un rapport de 1 : 0.000015307927.

Cela signifie que si tu avais des LUNA pendant les deux instantanés, tu as droit aux deux airdrops.

Quand vais-je recevoir l’airdrop de LUNA 2.0 ?

Le jeudi 29 septembre à 14:00 UTC (16h00 heure française), les deux airdrops de LUNA 2.0 seront distribués à toutes les personnes éligibles.

La crypto LUNA 2.0 sera disponible pour la garde, l’achat et la vente

Les aficionados de la communauté l’auront compris dès le titre : il s’agit non seulement d’un airdrop, mais aussi d’un listing à part entière.

Comme ce fut le cas avec Ethereum Proof-of-Work, avec cet airdrop nous voulons que tu puisses faire les choses que tu dois faire pour tirer le meilleur parti de cette nouvelle crypto.

De même, à partir du jeudi 29 septembre à 14:00 UTC (16:00 heure française), tu pourras stocker, retirer, déposer, acheter et vendre des LUNA 2.0, mais qu’avec des euros, à la fois sur Young Platform et Young Platform Pro.

Young Monday : Michael Saylor achete plus de BTC, NFT DC Comics, le Colorado s’ouvre aux cryptos

Michael Saylor achète plus de Bitcoin, NFT DC Comics et le Colorado

Les nouveaux achats BTC de Michael Saylor, l’arrivée des NFT Funko Pops DC Comics, et au Colorado, on peut désormais payer ses impôts en crypto !

Que s’est-il passé cette semaine dans le monde de la crypto ? Nous passons en revue les trois nouvelles les plus intéressantes dans cette édition de Young Monday : on parle de shopping avec du style, de la prochaine obsession des amateurs de NFT et d’adoption crypto. Michael Saylor, le fondateur de la société américaine MicroStrategy, a recommencé à acheter des Bitcoins après son “hiatus” estival. Sa société MicroStrategy a maintenant un beau butin : 130 000 bitcoins ! L’éditeur de bandes dessinées DC Comics s’apprête à publier une collection de BD NFT en collaboration avec Funko Pop et WalMart. Dans l’État américain du Colorado, il est enfin possible de payer ses impôts en cryptomonnaies.

Michael Saylor rentre de vacances et achète 301 Bitcoins !

Comment se porte Michael Saylor pendant ce bear market ? Comme nous pouvons le lire dans le rapport du 20 septembre 2022 de la SEC (lagence gouvernementale américaine en charge de la régulation du marché), Saylor a acheté environ 6 millions de dollars en Bitcoin entre le 2 août et le 19 septembre 2022. Il s’agit de son premier réel achat depuis juin 2022, date à laquelle la société avait acheté 480 Bitcoin pour une valeur d’environ 10 millions de dollars.

Compte tenu du grand nombre d’achats effectués par MicroStrategy ces dernières années, une question se pose. Combien de Bitcoins Michael Saylor possède-t-il ? Environ 130 000 à ce jour, pour une valeur actuelle de 2,5 milliards de dollars. Le marché baissier n’épargne pourtant personne, même Michael Saylor semble être en train de perdre. Le prix d’achat moyen de MicroStrategy pour chaque Bitcoin qu’elle possède est de 30 639 $. L’entreprise américaine a dépensé environ 3,9 milliards de dollars pour acheter ses 130 000 BTC, soit approximativement 1,4 milliard de dollars de moins que leur valeur actuelle.

Saylor ne semble cependant pas se soucier de ce chiffre. Comme on peut le voir dans ce tweet, le fondateur de MicroStrategy ne raisonne pas en termes de prix en dollars, 130 000 Bitcoins c’est 130 000 Bitcoins. Eh bien, que dire Michael … on ne peut pas t’en vouloir !

Des NFT officiels de DC Comics ? Oui, grâce à WalMart et Funko Pop !

Si tu es fan du genre, tu ne peux absolument pas manquer la bande dessinée NFT de DC Comics en collaboration avec Funko Pop ! Les deux marques ont déjà collaboré pour des projets Web3 en créant conjointement des cartes collector NFT sur la blockchain de WAX. Ces NFT sont déjà disponibles à l’achat sur les principales marketplaces NFT de la blockchain WAX telles que NFTHive ou AtomicMarket. Une nouvelle collaboration entre DC Comics et Funko Pop s’ouvrira le 7 octobre 2022, avec l’entrée d’une autre marque bien connue : le géant américain de la distribution WalMart. Des couvertures en édition limitée des bandes dessinées “The Brave and the Bold” seront produites et pourront être achetées dans les magasins WalMart.

La bande dessinée sera vendue dans une boîte contenant des versions Funko Pop des super-héros protagonistes, engagés dans un combat contre un monstre ressemblant à une pieuvre.

Les bandes dessinées à vendre seront disponibles en 30 000 exemplaires, et les chanceux qui parviendront à s’en emparer pourront par la suite également obtenir la version NFT correspondante. Ces dernières seront également au nombre de 30 000, et pourront être échangées sur la blockchain de WAX (un acronyme qui signifie World Asset eXchange). C’est l’un des réseaux les plus utilisés dans le domaine des jeux et des objets de collection numériques. Les jeux Web3 les plus populaires qui utilisent la blockchain de WAX sont Animal World, Castles NFT et Real Magnate. Parmi les marques de jeux vidéo avec lesquelles elle collabore, on peut citer Atari, Topps et la société de figurines Funko, qui souhaite depuis un certain temps développer des initiatives d’objets de collection numériques en utilisant les technologies Web3.

L’État du Colorado autorise le paiement des impôts en cryptomonnaies

Dans l’État américain du Colorado, les impôts peuvent désormais être payés en cryptos ! Le “Digital Token Acta été adopté par l’État du Colorado en 2019. Il entre enfin en vigueur, trois ans plus tard. Les paiements des impôts ne seront acceptés que par PayPal, une entreprise américaine proposant des services de paiement numérique et de transfert d’argent, fondée en 1999 par Confinity. L’annonce de l’entrée en vigueur de la loi a été faite jeudi 15 septembre 2022 par le gouverneur du Colorado, Jared Polis. Il a déclaré : ” L’État du Colorado a toujours été à la pointe de l’innovation numérique, qu’il s’agisse d’appliquer les technologies blockchain comme nouveau modèle financier, ou d’être centré sur le consommateur en permettant aux entreprises et aux agences gouvernementales d’innover pour rendre les processus plus rapides et plus efficaces “. Paypal accepte à ce jour le Bitcoin, l’Ethereum, le Bitcoin Cash et le Litecoin comme moyens de paiement.

ETHW sur Young Platform : Dates révélées pour l’airdrop et le listing

Bonne nouvelle pour l’airdrop d’Ethereum Proof-of-Work (ETHW). Découvre tous les détails sur le listing et l’Earning Wallet

Dans les épisodes précédents sur l’airdrop d’ETHW, nous avons parlé des conséquences de The Merge, mais il y avait encore beaucoup de détails à régler et d’événements aux issues imprévisibles. Aujourd’hui, nous avons enfin les réponses à ces questions, mais procédons dans l’ordre. ETHW arrive sur Young Platform, découvre les dates de l’airdrop et du listing !

L’Airdrop d’ETHW est également confirmé pour les Earning Wallets

Tout est bien qui finit bien : notre fournisseur d’Earning Wallet a pu prendre en charge le nouveau coin ETHW. Ainsi, même ceux qui avaient de l’ETH dans leur Earning Wallet lors de l’instantané de 6:42 UTC le 15 septembre peuvent maintenant participer à l’airdrop de ETHW.

Pour résumer, tu as droit à l’Airdrop si :

  1. Le 15 septembre 2022 à 06:42 UTC, tu avais des ETH dans ton Portefeuille Principal ;
  2. Le 15 septembre 2022 à 06:42 UTC, tu avais de l’ETH activé dans ton Earning Wallet.
  3. Tu avais désactivé la fonctionnalité Earning Wallet pour tes ETH avant le 15 septembre 2022 à 06:42 UTC, mais tes ETH n’avaient pas encore été transférés de l’Earning Wallet vers le Portefeuille Principal.

Quand est-ce que l’airdrop d’ETHW arrivera sur Young Platform ?

Si tu corresponds aux cas 1 et 3, c’est-à-dire si tu avais de l’ETH dans ton Portefeuille Principal ou si tu avais de l’ETH sortant de ton Earning Wallet au moment de l’instantané, tu recevras l’airdrop le mercredi 28 septembre à 14h00 UTC (16h heure française).

Par contre, cet airdrop n’aurait aucun sens sans être accompagné par listing du token. C’est pourquoi nous avons décidé d’ajouter ETHW aux offres de l’exchange afin que les ayants droit puissent choisir librement ce qu’ils veulent faire de leurs nouveaux tokens.

À partir du 28 septembre à 14 heures UTC, tu pourras détenir, retirer, déposer, acheter et vendre des ETHW. Les transactions seront uniquement disponibles en euros. En d’autres termes, la seule paire répertoriée sera ETHW-EUR sur Young Platform et Young Platform Pro.

Si tu corresponds au cas 2, c’est-à-dire que tu avais des ETH bloqués dans ton Earning Wallet au moment de l’instantané, tu recevras l’airdrop correspondant au mercredi 5 octobre à 14h00 UTC.

Maintenant que tu as noté toutes ces dates importantes, passons aux choses sérieuses : combien d’ETHW recevras-tu ?

La réponse est simple : pour chaque ETH que tu possédais au moment de l’instantané sur Young Platform, tu obtiens des ETHW dans un rapport de 1:1.

La Maison Blanche a enfin un plan pour réguler les cryptos et la DeFi

Cryptomonnaies : le plan américain pour la réglementation et les CBDC

Les États-Unis viennent de faire un nouveau pas en avant pour la réglementation des cryptomonnaies. Le 16 septembre 2022, un document intitulé “White House Releases First Ever Comprehensive Framework for the Responsible Development of Digital Assets a été publié sur le site de la Maison Blanche. Il s’agit d’un rapport de synthèse des enquêtes sur le secteur des cryptomonnaies mené par neuf agences fédérales au cours des six derniers mois, qui sera utilisé pour mettre en œuvre un plan législatif. Ce travail est le résultat du décret du président Joe Biden, publié le 9 mars de cette année. Il demandait aux agences fédérales de définir des lignes directrices pour la réglementation du secteur sur la base de six domaines d’intérêt tels que la protection des consommateurs, la promotion de la stabilité financière et l’inclusion financière.

Au cours des six derniers mois, des agences de l’ensemble du gouvernement américain, du département du Trésor au département de la Justice, ont travaillé ensemble pour élaborer des directives et des recommandations politiques sur ces questions. Jetons un coup d’œil aux points saillants du document !

Sur quoi porte le document de la Maison Blanche ?

Le document élaboré par les agences fédérales est divisé en sept sections. D’après leurs titres, on peut déjà deviner le contenu présenté par la Maison Blanche. Une série d’actions qui prendront bientôt la forme de lois et de lignes directrices :

  1. Protéger les consommateurs, les investisseurs et les entreprises ;
  2. Promouvoir l’accès à des services financiers sûrs et pratiques ;
  3. Promouvoir la stabilité financière ;
  4. Promouvoir l’innovation responsable ;
  5. Renforcer le leadership financier américain et sa compétitivité au niveau mondial ;
  6. Lutte contre le financement illicite ;
  7. Évaluation d’une Central Bank Digital Currency des États-Unis (CBDC).

Quelles lois sur les cryptomonnaies sont indispensables ?

Le document commence par un chiffre significatif : 16 % des adultes américains ont acheté des actifs numériques. Ce chiffre s’accompagne d’une prise de position : les actifs numériques sont définis par le gouvernement américain comme ” des opportunités potentielles pour renforcer le leadership américain dans le système financier mondial “, ainsi que dans le domaine de l’innovation technologique. Les rapports des agences fédérales encouragent explicitement la recherche et le développement dans le domaine des cryptos de nouvelle génération, de la programmabilité des transactions, de la cybersécurité et de la protection de la vie privée. Le document exprime une grande confiance dans les cryptomonnaies en tant que ressource, mais demande en même temps des mesures pour contrer les risques associés aux actifs numériques.

Les principaux risques identifiés par les agences fédérales sont la volatilité et le danger des escroqueries : “les fraudes pures et simples, les escroqueries et les vols sur les marchés des actifs numériques sont en hausse. Selon les statistiques du FBI, les pertes monétaires signalées dans le cadre d’escroqueries sur les actifs numériques ont augmenté de près de 600 % en 2021 par rapport à l’année précédente.” Dans ce contexte, il fait également référence à l’absence de régulation des cryptomonnaies qui a entraîné des pertes énormes pour les consommateurs suite à l’effondrement de l’écosystème Terra (LUNA). Outre la volatilité et le risque d’escroquerie, il existe également des risques de blanchiment d’argent et d’utilisation des fonds pour des activités illicites. Tout cela, selon le document de la Maison Blanche, doit être contrôlé pour garantir la sécurité de l’utilisation des actifs numériques. En bref, nous avons besoin de lois qui encouragent l’innovation et qui, en même temps, contiennent les risques.

Des propositions telles que l’instruction à la Securities and Exchange Commission (SEC) et à la Commodity Futures Trading Commission (CFTC) de “poursuivre agressivement les enquêtes et les mesures d’exécution contre les pratiques illégales dans le secteur des actifs numériques” ont été faites à cet égard. Un appel a aussi été lancé au Consumer Financial Protection Bureau (CFPB) pour qu’il redouble d’efforts pour suivre les plaintes des consommateurs et faire respecter les pratiques déloyales, trompeuses ou abusives. Une série d’initiatives en faveur de l’éducation et de la culture financière a été proposée, pour sensibiliser à l’utilisation des cryptomonnaies et apprendre à repérer les pratiques frauduleuses.

Les États-Unis préparent un plan pour parer à toute éventualité, et le document publié le 16 septembre présente toutes les questions que la législation abordera par la suite.

L’économie numérique est un atout pour tous

Un aspect intéressant qui ressort du document de la Maison Blanche est la prise de conscience que l’économie numérique représente une réelle opportunité pour les Américains : “Aujourd’hui, la finance traditionnelle laisse trop de gens à la traîne. Environ 7 millions d’Américains n’ont pas de compte bancaire. Vingt-quatre autres millions de nos citoyens ont recours à des services non bancaires coûteux, tels que l’encaissement de chèques et de mandats postaux pour leurs besoins quotidiens. Et pour ceux qui utilisent les banques, payer avec les infrastructures financières traditionnelles peut être coûteux et lent, surtout pour les paiements transfrontaliers”. Pour encourager la diffusion des services numériques, les États-Unis prévoient de développer des systèmes de paiement instantané et des réseaux pour les actifs numériques qui sont utilisables, inclusifs, équitables et accessibles à tous.

La CBDC des Etats-Unis : un travail en cours !

Le rapport comporte également une section intitulée “Exploration d’une Central Bank Digital Currency (CBDC)”. Les États-Unis envisagent donc une forme numérique du dollar américain qui “pourrait offrir des avantages considérables”. Dans quel sens ? Une CBDC “pourrait permettre un système de paiement plus efficace, fournir une base pour de nouvelles innovations technologiques, faciliter des transactions transfrontalières plus rapides et être durable écologiquement”. Elle pourrait favoriser l’inclusion financière et l’équité en offrant un accès à un large éventail de consommateurs.” Le projet de la CBDC semble être sur la bonne voie, bien que les agences fédérales estiment que des recherches et des réflexions supplémentaires devraient être menées, notamment au niveau de la technologie.

Critique du rapport de l’administration Biden

Cette publication a suscité des critiques et des objections de la part de certains membres de l’industrie crypto et de politiciens de l’opposition. Ils ont qualifié le document rédigé par les agences fédérales de “dépassé et déséquilibré” et d’inadapté à la construction d’un cadre législatif. La Blockchain Association, qui œuvre à la sensibilisation et à l’amélioration des politiques dans le monde de la crypto, estime que le rapport manque de “recommandations substantielles”. La directrice exécutive de la Blockchain Association, Kristin Smith, a expliqué que les rapports des agences fédérales sont “une occasion manquée de consolider le leadership américain en matière de cryptomonnaies“, et leur a reproché de trop se concentrer sur les risques des cryptos. Sheila Warren du Crypto Council for Innovation, une autre organisation de promotion des cryptomonnaies, a déclaré que le rapport ne fournit pas de directives politiques claires. Dans la même veine, Patrick McHenry, membre républicain de la commission des services financiers de la Chambre des représentants, a critiqué le caractère trop vague du document : “avec des règles claires, cette technologie innovante [les cryptomonnaies] peut révolutionner nos marchés financiers, moderniser l’infrastructure de nos systèmes de paiement et offrir de nouvelles opportunités aux consommateurs”. En ce qui concerne le projet CBDC américain, McHenry a expliqué que “les Républicains ont toujours dit que les avantages d’une éventuelle CBDC américaine devaient être supérieurs aux risques : ces rapports ne le démontrent pas”.

Une référence pour la réglementation internationale des cryptomonnaies ?

Le document de la Maison Blanche et le cadre qui suivra pourraient être une source d’inspiration et un guide pour de nombreux autres pays. C’est certainement l’objectif de Biden. Dans le texte, on peut lire que les États-Unis ont explicitement l’intention de servir d’exemple pour la réglementation des actifs numériques : “Les agences américaines s’appuieront sur les positions américaines dans les organisations internationales pour communiquer les valeurs américaines liées aux actifs numériques. Les agences américaines poursuivront et élargiront leur rôle de chef de file dans les travaux sur les actifs numériques au sein des organisations internationales et des organismes de normalisation, tels que le G7, le G20, l’OCDE, le FSB, le Groupe d’action financière (GAFI) et l’Organisation internationale de normalisation. ” Tout en essayant de transmettre les valeurs américaines de la vie privée, du libre marché, de la stabilité financière, de la protection des consommateurs et de la durabilité environnementale.